Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter ! (Essais - Documents) par Marc Le Bris

Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter ! (Essais - Documents)

Titre de livre: Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter ! (Essais - Documents)

Éditeur: Stock

Auteur: Marc Le Bris


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Marc Le Bris avec Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter ! (Essais - Documents)

« J'ai mis 20 ans à me débarrasser de toutes les théories pédagogiques avec lesquelles les cadres de l'éducation nationale m'ont empêché de faire mon métier(?) J'étais un jeune instituteur progressiste, militant des pédagogies actives, convaincu de la supériorité et de l'intelligence de la méthode de lecture dite ?naturelle'. A ma sortie de l'école normale d'instituteurs en 1977, j'avais surtout bien appris une chose: mes prédécesseurs, instituteurs d'avant, étaient des quasi-incapables, des petits tâcherons un peu ridicules, travaillant à l'envers, retournant inlassablement la terre là où elle ne produira jamais rien, et laissant en friche les secteurs productifs qu'il suffit de remuer si peu. (?) Moi, j'ai cru tout. J'ai été un normalien convaincu. Sous la propagande de mes professeurs, j'ai blâmé mes anciens pour leur désinvolture à faire des dictées, qui ne sont que basses « évaluations normatives ». J'ai été un gentil, j'ai tout fait, des groupes, des activités d'éveil, de la grammaire fonctionnelle, de la lecture naturelle, des maths modernes, de l'animation, de l'auto-apprentissage, de l'histoire des objets, du décloisonnement, de la créativité, des études dirigées ... Non, non, c'est vrai. J'ai cru tout et j'ai fait, bien loin et bien fort, et les maîtres plus anciens qui continuaient à oser faire des dictées ou à apprendre la lecture par syllabage systématique ou à faire apprendre les tables, arrivaient à mieux. En 6ème, leurs élèves passaient tous devant. Et les miens, choyés de méthodes modernes, ont subi un handicap scolaire dont j'ai honte maintenant. Honte ? Pas tant que ça, pas tant que ça ... Car je suis comme bon nombre d'entre nous, j'ai corrigé le tir, j'ai bouché les trous trop criants, j'ai essayé et remué dans beaucoup de directions. Et ce travail m'a fait faire une révolution ... Aujourd'hui, j'ai fait le grand tour. Alors, j'ai écrit un livre. »

Livres connexes

« J'ai mis 20 ans à me débarrasser de toutes les théories pédagogiques avec lesquelles les cadres de l'éducation nationale m'ont empêché de faire mon métier(?) J'étais un jeune instituteur progressiste, militant des pédagogies actives, convaincu de la supériorité et de l'intelligence de la méthode de lecture dite ?naturelle'. A ma sortie de l'école normale d'instituteurs en 1977, j'avais surtout bien appris une chose: mes prédécesseurs, instituteurs d'avant, étaient des quasi-incapables, des petits tâcherons un peu ridicules, travaillant à l'envers, retournant inlassablement la terre là où elle ne produira jamais rien, et laissant en friche les secteurs productifs qu'il suffit de remuer si peu. (?) Moi, j'ai cru tout. J'ai été un normalien convaincu. Sous la propagande de mes professeurs, j'ai blâmé mes anciens pour leur désinvolture à faire des dictées, qui ne sont que basses « évaluations normatives ». J'ai été un gentil, j'ai tout fait, des groupes, des activités d'éveil, de la grammaire fonctionnelle, de la lecture naturelle, des maths modernes, de l'animation, de l'auto-apprentissage, de l'histoire des objets, du décloisonnement, de la créativité, des études dirigées ... Non, non, c'est vrai. J'ai cru tout et j'ai fait, bien loin et bien fort, et les maîtres plus anciens qui continuaient à oser faire des dictées ou à apprendre la lecture par syllabage systématique ou à faire apprendre les tables, arrivaient à mieux. En 6ème, leurs élèves passaient tous devant. Et les miens, choyés de méthodes modernes, ont subi un handicap scolaire dont j'ai honte maintenant. Honte ? Pas tant que ça, pas tant que ça ... Car je suis comme bon nombre d'entre nous, j'ai corrigé le tir, j'ai bouché les trous trop criants, j'ai essayé et remué dans beaucoup de directions. Et ce travail m'a fait faire une révolution ... Aujourd'hui, j'ai fait le grand tour. Alors, j'ai écrit un livre. »« J'ai mis 20 ans à me débarrasser de toutes les théories pédagogiques avec lesquelles les cadres de l'éducation nationale m'ont empêché de faire mon métier(?) J'étais un jeune instituteur progressiste, militant des pédagogies actives, convaincu de la supériorité et de l'intelligence de la méthode de lecture dite ?naturelle'. A ma sortie de l'école normale d'instituteurs en 1977, j'avais surtout bien appris une chose: mes prédécesseurs, instituteurs d'avant, étaient des quasi-incapables, des petits tâcherons un peu ridicules, travaillant à l'envers, retournant inlassablement la terre là où elle ne produira jamais rien, et laissant en friche les secteurs productifs qu'il suffit de remuer si peu. (?) Moi, j'ai cru tout. J'ai été un normalien convaincu. Sous la propagande de mes professeurs, j'ai blâmé mes anciens pour leur désinvolture à faire des dictées, qui ne sont que basses « évaluations normatives ». J'ai été un gentil, j'ai tout fait, des groupes, des activités d'éveil, de la grammaire fonctionnelle, de la lecture naturelle, des maths modernes, de l'animation, de l'auto-apprentissage, de l'histoire des objets, du décloisonnement, de la créativité, des études dirigées ... Non, non, c'est vrai. J'ai cru tout et j'ai fait, bien loin et bien fort, et les maîtres plus anciens qui continuaient à oser faire des dictées ou à apprendre la lecture par syllabage systématique ou à faire apprendre les tables, arrivaient à mieux. En 6ème, leurs élèves passaient tous devant. Et les miens, choyés de méthodes modernes, ont subi un handicap scolaire dont j'ai honte maintenant. Honte ? Pas tant que ça, pas tant que ça ... Car je suis comme bon nombre d'entre nous, j'ai corrigé le tir, j'ai bouché les trous trop criants, j'ai essayé et remué dans beaucoup de directions. Et ce travail m'a fait faire une révolution ... Aujourd'hui, j'ai fait le grand tour. Alors, j'ai écrit un livre. »