Liberté, égalité, laïcité par Jean-paul Brighelli

Liberté, égalité, laïcité

Titre de livre: Liberté, égalité, laïcité

Éditeur: Hugo Document

Auteur: Jean-paul Brighelli


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Liberté, égalité, laïcité.pdf - 24,909 KB/Sec

Mirror [#1]: Liberté, égalité, laïcité.pdf - 26,486 KB/Sec

Mirror [#2]: Liberté, égalité, laïcité.pdf - 25,857 KB/Sec

Jean-paul Brighelli avec Liberté, égalité, laïcité

Il en est de la laïcité comme des " je t'aime " : y ajouter quoi que ce soit, c'est diminuer la force de l'affirmation. La laïcité, comme la République, est une et indivisible.

"Laïcité ouverte ", " laïcité aménagée ", à géométrie variable, adaptée aux
communautés dont la mosaïque constitue aujourd'hui la France. Les récents attentats du mois de janvier ont donné aux vrais partisans d'une laïcité sans concession l'espoir, vite déçu, que le gouvernement avait enfin pris au sérieux les avertissements circonstanciés qui depuis quinze ans nous prévenaient de la radicalisation des jeunes. Nous avons laissé filer la laïcité, sous prétexte de nous adapter aux " nouveaux publics ", nous avons abandonné la
Culture aux confessions de toutes origines sous prétexte d'œcuménisme, et pour respecter le " droit à l'expression " et nous avons laissé la place à des fanatiques en puissance. C'est cet émiettement de la laïcité qu'analyse ce livre.



La laïcité est née bien avant la loi de 1905. Elle est fille des Lumières. Elle s'oppose depuis toujours aux forces de la nuit –; aux croyances irrationnelles, au sentiment anti-républicain, au mépris de l'égalité entre tous les citoyens –; particulièrement de l'égalité entre hommes et femmes. Elle ne saurait être " aménagée ". Il en est de la laïcité comme
des déclarations d'amour : ajouter quoi que ce soi à " je t'aime ", " bien " ou " beaucoup ", c'est diminuer la force de l'affirmation. La laïcité, comme la république, est une et indivisible.


Non seulement la loi de 1905 doit être appliquée, mais elle doit probablement être réécrite. Promulguée à une époque où le seul adversaire sur le terrain de la République était l'église catholique, elle ignorait qu'aujourd'hui un Islam conquérant se dresserait contre la République, et dresserait les citoyens les uns contre les autres.



N
ous devons revenir urgemment aux grands
principes de la Révolution française, sous peine d'avoir chez nous une révolution d'un tout autre genre, dont il n'est pas sûr que la liberté et l'humanisme sortent vainqueurs.

Livres connexes

Il en est de la laïcité comme des " je t'aime " : y ajouter quoi que ce soit, c'est diminuer la force de l'affirmation. La laïcité, comme la République, est une et indivisible.

"Laïcité ouverte ", " laïcité aménagée ", à géométrie variable, adaptée aux
communautés dont la mosaïque constitue aujourd'hui la France. Les récents attentats du mois de janvier ont donné aux vrais partisans d'une laïcité sans concession l'espoir, vite déçu, que le gouvernement avait enfin pris au sérieux les avertissements circonstanciés qui depuis quinze ans nous prévenaient de la radicalisation des jeunes. Nous avons laissé filer la laïcité, sous prétexte de nous adapter aux " nouveaux publics ", nous avons abandonné la
Culture aux confessions de toutes origines sous prétexte d'œcuménisme, et pour respecter le " droit à l'expression " et nous avons laissé la place à des fanatiques en puissance. C'est cet émiettement de la laïcité qu'analyse ce livre.



La laïcité est née bien avant la loi de 1905. Elle est fille des Lumières. Elle s'oppose depuis toujours aux forces de la nuit –; aux croyances irrationnelles, au sentiment anti-républicain, au mépris de l'égalité entre tous les citoyens –; particulièrement de l'égalité entre hommes et femmes. Elle ne saurait être " aménagée ". Il en est de la laïcité comme
des déclarations d'amour : ajouter quoi que ce soi à " je t'aime ", " bien " ou " beaucoup ", c'est diminuer la force de l'affirmation. La laïcité, comme la république, est une et indivisible.


Non seulement la loi de 1905 doit être appliquée, mais elle doit probablement être réécrite. Promulguée à une époque où le seul adversaire sur le terrain de la République était l'église catholique, elle ignorait qu'aujourd'hui un Islam conquérant se dresserait contre la République, et dresserait les citoyens les uns contre les autres.



N
ous devons revenir urgemment aux grands
principes de la Révolution française, sous peine d'avoir chez nous une révolution d'un tout autre genre, dont il n'est pas sûr que la liberté et l'humanisme sortent vainqueurs.

Il en est de la laïcité comme des " je t'aime " : y ajouter quoi que ce soit, c'est diminuer la force de l'affirmation. La laïcité, comme la République, est une et indivisible.

"Laïcité ouverte ", " laïcité aménagée ", à géométrie variable, adaptée aux
communautés dont la mosaïque constitue aujourd'hui la France. Les récents attentats du mois de janvier ont donné aux vrais partisans d'une laïcité sans concession l'espoir, vite déçu, que le gouvernement avait enfin pris au sérieux les avertissements circonstanciés qui depuis quinze ans nous prévenaient de la radicalisation des jeunes. Nous avons laissé filer la laïcité, sous prétexte de nous adapter aux " nouveaux publics ", nous avons abandonné la
Culture aux confessions de toutes origines sous prétexte d'œcuménisme, et pour respecter le " droit à l'expression " et nous avons laissé la place à des fanatiques en puissance. C'est cet émiettement de la laïcité qu'analyse ce livre.



La laïcité est née bien avant la loi de 1905. Elle est fille des Lumières. Elle s'oppose depuis toujours aux forces de la nuit –; aux croyances irrationnelles, au sentiment anti-républicain, au mépris de l'égalité entre tous les citoyens –; particulièrement de l'égalité entre hommes et femmes. Elle ne saurait être " aménagée ". Il en est de la laïcité comme
des déclarations d'amour : ajouter quoi que ce soi à " je t'aime ", " bien " ou " beaucoup ", c'est diminuer la force de l'affirmation. La laïcité, comme la république, est une et indivisible.


Non seulement la loi de 1905 doit être appliquée, mais elle doit probablement être réécrite. Promulguée à une époque où le seul adversaire sur le terrain de la République était l'église catholique, elle ignorait qu'aujourd'hui un Islam conquérant se dresserait contre la République, et dresserait les citoyens les uns contre les autres.



N
ous devons revenir urgemment aux grands
principes de la Révolution française, sous peine d'avoir chez nous une révolution d'un tout autre genre, dont il n'est pas sûr que la liberté et l'humanisme sortent vainqueurs.